Pétition de la CAMERUP du 5 mars 2018

Rennes, le 5 mars 2018,

Monsieur le Président, protégez en même temps les vins français et la santé des français !


Pétition de la CAMERUP du 05/03/2018

Je viens de lire le texte de cette pétition lancée par la Coordination des associations et mouvements d'entraide reconnus d’utilité publique (CAMERUP). Je la signe car je pense moi aussi qu’il est temps que la France se dote d'une politique de prévention alcool à la hauteur. Malgré les débuts plus que regrettables de ce quinquennat, il me semble qu'il est possible pour notre pays de regarder enfin en face le tabou de l'alcool et du vin. Et d'agir.

Je signe car comme chaque Français j'ai dans mon entourage des personnes en difficulté avec l'alcool et je suis révoltée d'entendre le Président de la République et des membres du gouvernement banaliser, voir valoriser la consommation quotidienne de vin. Le vin n'est peut-être pas un alcool comme les autres, mais comme les autres, c'est un alcool. Les Français ont le droit de recevoir des informations valides sur les risques de sa consommation pour leur santé. Sans accès à une information sérieuse, ils ne peuvent exercer leur liberté.

Je signe car je suis mère de trois enfants et j'ai conscience que l'alcool pourrait bien un jour être un danger pour eux malgré tout ce que j'aurai fait pour les sensibiliser et les protéger. Nous, les parents, ne pouvons pas être les seuls acteurs de prévention : la société tout entière doit nous aider. À commencer par l'État.

Je signe car il m'a fallu des années, parce que les média n'en parlaient pas, avant d'apprendre qu'une consommation quotidienne de vin, même modérée, augmentait mon risque de cancer du sein. Sans cette information, il m'était impossible de choisir librement pour moi.

Je signe car je suis citoyenne de ce pays et je ne supporte pas l'influence du lobby du vin et plus largement du lobby de l'alcool jusqu'à l'intérieur même des instances de la République. En 2016, la Cour des Comptes, dont le rôle est de nous permettre, à nous les citoyens, de nous assurer du bien-fondé des politiques publiques, a dénoncé cette situation. Je suis Française, et j’ai pris acte de son appel à une prise de conscience collective.

Je signe car les propose de monsieur Macron concernant la loi Evin m’inquiète. A mes yeux la loi Evin était une des plus belles et des plus nobles lois de ce pays, fruit du combat de personnes qui à l'instar de madame Simone Veil avaient à coeur de protéger la santé et la sécurité des enfants et des adolescents de France. Je pense qu'il serait temps de la rétablir dans sa forme initiale car il s'agissait d'une loi d'équilibre protégeant à la fois les vignerons et la santé publique.

Je signe car j'aime le vin et pour moi l'oenologie et la santé publique sont compatibles lorsque la liberté de consommer s'accompagne d'un sens des responsabilités sociales.

Je signe car j'ai des amis vignerons qui ne se reconnaissent pas dans les propos excessifs de ces dernières semaines tenus par des personnes qui prétendent les représenter. La plupart des vignerons de ce pays ont une éthique et des valeurs, ils ont l'amour de leur métier et travaillent dans le respect de la santé des consommateurs.

Ceux qui ont attentivement écouté Madame Buzin le 7 février 2018 et par la suite, ont bien compris qu'il n'y avait dans ses paroles aucune attaque à leur égard.

Je signe car je travaille depuis 17 ans en prévention et en santé publique, ma spécialité étant l'étude des mesures efficaces de prévention alcool et jeunes. Sur la base des consensus d'experts internationaux, et des nombreux travaux de recherche que j'ai lus, analysés et synthétisés, incluant les travaux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), je fais ce triste constat : depuis 25 ans le lobby du vin, en France, fait systématiquement barrage à l'adoption des mesures concrètes qui auraient permis de détourner la jeunesse de ce pays des consommations excessives d'alcool. Et de sauver des milliers de vies. Parmi ces mesures je citerais en exemple un encadrement strict de la publicité et du marketing, une politique de prix et une fiscalité adaptée, une cohérence du discours public, une information scientifique exacte.

La France en 2018 ne peut plus faire l'impasse des mesures structurelles qui déplaisent à l’industrie viticole mais qui, accompagnées de véritables plans de prévention dans les établissements scolaires et dans les différents milieux de vie des jeunes, permettront enfin de réduire les consommations des adolescents et des jeunes adultes. D'autres pays l'ont fait avant nous, comme l'Islande, avec succès. D'autres pays s’y engagent. Il n'est pas possible de continuer de mentir aux Français et d’offrir ainsi aux marques industrielles de vin et d’autres alcools le marché de nos enfants.

Je signe car selon l'OFDT un adolescent français de 17 ans sur cinq qui s'alcoolise le fait avec du vin, et que depuis une dizaine d’années des prémix aromatisée à base du vin enrichi de soda (BABV) visent le marché des jeunes à travers un marketing offensif. Sans aucun complexe. Et avec la bénédiction de nos dirigeants. L'alcool, dont le vin fait partie, est la principale cause de décès chez les moins de 25 ans. Les jeunes français boivent toutes sortes de boissons alcoolisées, et en particulier des vins bas de gamme. Le nier est irresponsable. Les propos du président de la république sont, de fait, irresponsables.

Je signe car, comme la Cour des Comptes, j'accuse les gouvernements successifs de complaisance envers l'industrie du vin et de l'alcool. Et j'attends que cela cesse.

Je suis solidaire de Madame Agnès Buzin. Je la remercie d'avoir par ces simples phrases mis en évidence ce qui est selon moi un scandale d'État doublé d'un scandale sanitaire. Madame Buzyn restera peut-être, dans l'histoire de France, la ministre qui aura permis de "crever l'abcès" sur ce rapport ambivalent que nous entretenons avec le vin en particulier, et l'alcool en général.

Guylaine Benech,
Consultante formatrice.

Spécialiste des politiques de prévention alcool et jeunes. Rennes
https://www.facebook.com/guylaine.benech
https://twitter.com/GuylaineBenech
https://www.youtube.com/channel/UCyj0EtzS_Uj8_K3cvTxpXGQ

Pour signer la pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-monsieur-le-pr%C3%A9sident-prot%C3%A9ger-en-m%C3%AAme-temps-les-vins-fran%C3%A7ais-et-la-sant%C3%A9-des-fran%C3%A7ais

Pour tout contact

Félix LE MOAN,
Président national
06 84 51 15 20


Alain CALLES
Délégué national
06 08 64 19 21


VIE LIBRE
8 impasse Dumur
92110 CLICHY
01 47 39 40 80
www.vielibre.asso.fr